10 Juin 2014

Article STEREO

Ejection de masse solaire en stéreo

La NASA vient de rendre publiques des images d'une éjection de masse solaire obtenues grâce à l'instrument SECCHI embarqué sur les deux sondes jumelles constituant la mission STEREO (Solar TErrestrial RElations Observatory) de la NASA. Cette mission scientifique, lancée en octobre 2006, est dédiée à l'étude des relations Soleil-Terre. Les instruments ont été conçus et réalisés par des scientifiques américains et européens. Plusieurs équipes scientifiques françaises, appartenant à des unités mixtes de recherche du CNRS et soutenues par le CNES, ont contribué à la réalisation de trois des instruments embarqués à bord de ces sondes.

La mission STEREO fournit des informations originales sur les éjections de masse solaires, participant ainsi au programme international de Météorologie de l'espace. Une des deux sondes précède la Terre dans sa rotation autour du Soleil en prenant de l'avance, et l'autre la suit, en prenant du retard. Les deux sondes forment actuellement un angle d'un peu plus de 45° avec le soleil et la Terre. Grâce à cet angle, les éjections de masse solaire peuvent être observées latéralement et leur cartographie précise en trois dimensions peut être reconstituée.

Le Soleil
Angelos Vourlidas, responsable scientifique du projet SECCHI,
parle des éjections de masse coronale,
des explosions de l'atmosphère du soleil
qui se propagent dans l'espace sous forme
de nuages - crédit : NASA

Les images 3D ainsi reconstituées, à partir des données de l'instrument SECCHI, sont ensuite combinées avec les données in situ fournies par les autres instruments embarqués sur les sondes, ainsi qu'avec des données d'autres observatoires spatiaux et au sol (en particulier le radiohéliographe de la station de radioastronomie de l'Observatoire de Paris à Nançay).

Ces observations complètent notre vision 3D des phénomènes depuis leur source solaire jusque dans l'environnement terrestre. Elles étudient les processus de stockage d'énergie magnétique, les conditions physiques à l'origine des éjections et suivent leur progression dans le milieu interplanétaire. Les capacités de prévision de l'effet des perturbations d'origine solaire sur l'environnement terrestre devraient ainsi être significativement accrues.

Un réseau de stations terrestres, mis en place par la NOAA, reçoit en permanence, en temps quasi réel, des données de STEREO qui sont traitées et interprétées par les équipes scientifiques françaises.

Antenne CNES
Antenne CNES - crédit : CNES

Une antenne du CNES, située en région Toulousaine, a été mise à niveau à cette occasion et complète ce premier réseau mondial de "météo de l'espace".